Petit Prince

Photographier des aurores boréales

Comment photographier des aurores boréales ? Vous avez toujours rêvé de les voir, d’en ramener un souvenir impérissable, mais vous ne savez par où commencer ? Fort de plusieurs mois d’expérience sur le terrain, je vous donne les clés pour mener à bien votre chasse aux aurores boréales et réussir vos prises de vue.

photographier des aurores boréales

photographier des aurores boréales

Où observer des aurores boréales :

Pour l’Europe, allez dans un pays traversé par le cercle polaire arctique ou à proximité immédiate, à savoir la Finlande, la Suède, la Norvège et l’Islande.
Passé le cercle polaire arctique (66° parallèle), vous avez déjà toutes les chances d’en voir tous les soirs ou presque ! Plus vous vous rapprocherez du pôle Nord magnétique, plus grandes seront vos chances d’en voir.

photographier des aurores boréales

Pourquoi peut-on les voir sous ces latitudes et pas chez nous ? C’est l’intensité des vents solaires qui détermine un indice Kp (Planetary K-Index) et ainsi, jusqu’à quelle latitude ils se propagent. Le Kp est utilisé pour exprimer la magnitude des tempêtes géomagnétiques. Par exemple, si l’indice Kp est de 6, la tempête se propagera de Kp 0 jusqu’à Kp 6. Vous aurez alors des chances de voir et de photographier des aurores boréales sur la zone géographique située entre ces deux valeurs.

Pour connaître l’indice Kp en temps réel : www.spaceweatherlive.com

Une fois le pays choisi en fonction de vos envies (fjords, collines enneigées, lacs gelés), le principal paramètre à prendre compte est la météo.

L’idée, c’est d’avoir un ciel bien dégagéPour cela, je vous invite à utiliser un site de météo local et à surveiller l’évolution de la couverture nuageuse. Et si besoin le jour J, n’hésitez pas à reprendre la voiture pour trouver une éclaircie.

Privilégiez les endroits éloignés de toute pollution lumineuse. Plus sombre sera l’endroit, plus les aurores boréales seront visibles sur vos images. Pour les repérages, je vous conseille la carte en « fausses couleurs » du site Dark Site Finder. Plus, les couleurs tirent vers le bleu nuit et le noir, moins il y a de pollution lumineuse.

Quand observer des aurores boréales :

La saison officielle s’étend du 21 septembre au 21 mars (équinoxes d’automne et de printemps) avec des pics d’activité entre 19h00 et 0h00Lors de grosses éruptions solaires, la plage horaire peut s’étendre de 16h à 6h du matin ! En plus de pouvoir les observer plus longtemps, les couleurs peuvent changer allant du vert au rose en passant par le violet !

photographier des aurores boréales

photographier des aurores boréales

Pour suivre en temps réel l’activité auroral et notamment prévoir ces fameux orages qui donnent ces couleurs j’utilise toujours le même site : www.spaceweatherlive.com
Vous pouvez alors voir en temps réel le positionnement et l’intensité des aurores boréales.

latest          latest

Une fois recoupé avec les infos de météo local, il ne vous reste plus qu’a prendre votre matériel. Oui, mais lequel ?

Le matériel pour photographier des aurores boréales :

Étant de la photo de nuit par définition,  je recommande l’utilisation d’un capteur plein format (Canon EOS 5D Mark II, III, Nikon D800, D750, etc…) pour bénéficier d’une meilleur gestion du bruit à ISO élevés. C’est une recommandation, pas une obligation 😉 Côté APS-C, privilégiez les appareils de dernière génération qui affichent de meilleurs performances dans les hautes sensibilités.

Avant la prise de vue

... et après ;)

Privilégiez les optiques lumineuses ! Une ouverture à f/2.8 est un minium. J’utilise principalement le Samyang 14 mm f/2.8. Et pour des compositions un peu plus serrées, je passe sur mon Canon EF 50 mm f/1.8. Pour compléter le tout, j’utilise également le 70-200 mm f/2.8 de Sigma lorsque je souhaite isoler une partie du paysage.
Ensuite, il vous faudra un déclencheur à distance histoire de garder vos mains au chaud. Le RF 603 II de Yongnuo fait très bien le job (et il s’utilise également pour déclencher un flash à distance).
Sans oublier l’accessoire indispensable de tout photographe de paysage : le trépied. Si vous ne savez pas lequel choisir, je vous renvoie à la vidéo de Xavier et Sébastien sur le matériel photo.

Aurores boréales et composition :

Pour l’avoir expérimenté, il n’est pas évident de soigner sont cadrage dès la prise de vue. On ne sait jamais vraiment où, sous quels angles et pendant combien de temps les aurores boréales vont apparaître… Cela vous oblige à refaire votre cadre régulièrement. Pour mettre un max de chances de votre côté, choisissez un point de vue dégagé vers le Nord. Si vous le pouvez, faites quelques repérages en amont tant qu’il fait jour.

Les réglages :

J’utilise 3 sets de réglage en mode manuel (M) en fonction de la vitesse de déplacement des aurores boréales :  

  1. Lorsqu’elles sont diffuses et lentes : F2.8 / 20s / 2500 ISO.
  2. Mon réglage intermédiaire : F2.8 / 15s / 3 200 ISO.
  3. Lorsqu’elles sont rapides : F2.8 / 8s / 4 000 ISO.

Pour que les étoiles restent bien nettes et qu’elles ne « bavent » pas, je respecte la règle des 500. Si je vous ai perdu, je vous invite à lire l’excellent article de Hugo sur la photographie d’étoiles.
Pensez également à activer la fonction « Verrouillage du miroir » de votre appareil afin d’éviter les micros vibrations qu’il peut générer au déclenchement. Dans la même idée, si votre objectif est muni d’une stabilisation, désactivez-la pour lui éviter de générer des micros vibrations pour compenser des mouvements qui n’existent pas.

J’ajuste ensuite ma sensibilité ISO en fonction de la lumière ambiante disponible.

Pour la mise au point, deux possibilités :
– Sans premier plan : je règle ma mise au point sur l’infini ;
– Avec premier plan : j’éclaire la scène avec une lampe torche et je fais la mise au point sur mon sujet.

photographier des aurores boréales

photographier des aurores boréales

Et le froid dans tout ça ?

Cela tombe sous le sens : COUVREZ-VOUS ! Technique des trois couches (maillot de corps, polaire, veste pour braver le grand nord), gants, sous-gants en soie, bonnet, chaussures de rando montantes et waterproof, chaussettes épaisses, etc…

Concernant le matériel, vos batteries se déchargeront beaucoup plus vite que d’ordinaire à cause du froid. Deux astuces simples : prenez batteries/piles de rechange et rangez-les dans les poches intérieures de votre veste pour les faire bénéficier de votre chaleur corporelle.

Autre grand problème lié au froid : la condensation. Au mieux, une couche de buée recouvrira viseur et optique. Au pire, cette condensation pourrait bien se transformer en glace si le thermomètre passe en négatif. Pour limiter le phénomène, conservez votre appareil à température ambiante, bien au froid (autour du cou ou dans votre sac photo). Et si vous rentrez au chaud, laissez-le récupérer quelques heures dans un sac en plastique afin de limiter la condensation.

Recap :

– Ciblez les pays situés sur le cercle polaire.

– Partez en chasse de septembre à mars de 20h00 à 0h00.

– Ciblez un lieu éloigné de toute pollution lumineuse.
– Surveillez la météo et le calendrier lunaire pour un ciel sombre et bien dégagé.
– Recoupez avec les sites spécialisés (SpaceWeatherLive.com, Aurora ManiacsAurora Service).
– Privilégiez capteur plein format/boîtier récent et optiques lumineuses.
– Trépied, verrouillage du miroir et règle des 500 pour une image nette.
– Attention au froid !

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous permettra de réussir vos prochaines photos d’aurores boréales ! Et pensez à lever le nez de votre appareil de temps en temps pour profiter de ce spectacle hypnotique 😉